Shadow of the Tomb Raider

Avant toute chose, je vous conseille de lire cet article : Rise of the Tomb Raider, non pas que cela ait une importance vitale pour ce qui va suivre mais disons qu’il y a une continuité certaines.

Cela étant dit, voici : Shadow of the Tomb Raider

ouv_shadow-of-the-tomb-raider-c-2018-square-enix-ltd

Je vais donc vous parler du troisième opus de la sage « Lara Croft » qui nous ai offert par Square Enix. Et croyez moi, on reste sur les mêmes bases que les deux précédents.

Si je vous ai conseillé de lire le précédent article qui concernait le second opus, c’est tout simplement pour vous remettre dans le bain des nouveaux Tomb Raider. En rapide résumé, en 2013, Square Enix a décidé de relancer la franchise (qui appartenait à Eidos) sous la forme d’une trilogie vidéo-ludique et qui a été programmé comme suit :

  • 2013 : Tomb Raider
  • 2016 : Rise of the Tomb Raider
  • 2018 : Shadow of the Tomb Raider

Et ici on s’intéresse à la version 2018, dernier opus de la trilogie.

Comme sur les précédents, je vous annonce de suite que l’aspect visuel du jeu est juste splendide ! On en prends vraiment plein les yeux et on sent qu’une fois de plus Square Enix a pris soin de nos pupilles pour nous offrir des décors à couper le souffle. Rien que la scène d’introduction du jeu (aka. le tsunami pour ceux qui ont déjà joué) est juste magnifique et resplendissante de beauté.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Si les deux premiers opus nous entraînaient en Syrie ou dans l’Himalaya, ici nous sommes placés en Amérique du Sud en pleine mythologie Inca/Maya, et l’aspect forêt vierge dense rend très très bien visuellement.

Bref vous l’aurez compris, les graphismes sont là. Encore une fois. Aussi il est bon de s’attarder sur l’histoire de ce jeu qui se veut conclure la trilogie, Square Enix ayant clairement annoncé qu’ils ne poursuivraient pas la franchise pour le moment.

Et bien cette histoire s’inscrit pleinement dans la continuité des deux premiers volets, on y retrouve les mêmes méchants (enfin la même bande) et leur but est toujours aussi. En somme, la Trinité veut le pouvoir absolu avec la vie éternelle tout ça tout ça. Vous imaginez bien que Lara ne peut pas les laisser faire …

… mais ici, on aborde un aspect plus sombre de l’héroïne. Sans trop en dire, Lara provoque au début du jeu une apocalypse qui se déclenche peu à peu. Aussi on passe le jeu à essayer de rattraper le coup et on y voit une Lara Croft coupable d’avoir voulu en savoir et en faire trop.

mv5bnty1odnlzdmtndblmc00zjzkltg1yzctmtu4zde0mzqyngzlxkeyxkfqcgdeqxvynjuwnzk3ndc@._v1_
Je crois que le gros chat a faim …

C’est un aspect intéressant en soit car il montre, une fois de plus, une facette fragile de l’héroïne et on se prends de tendresse pour elle.

Au niveau des mécaniques du jeu, on reste sur ce que l’on connait, c’est à dire énormément d’exploration mais aussi énormément de récolte pour pouvoir fabriquer des munitions ou encore améliorer ses armes. Cependant, Square Enix a ajouter une petite nouveauté dans ce troisième opus … j’appellerais cela les « villages ». En gros, il existe dans le jeu plusieurs passages où on arrive dans des villages perdus au milieu de la forêt et dans lesquelles on a la possibilité d’interagir avec des PNJ. Ceux-ci peuvent vous proposer des articles à la vente (ce qui permets d’acheter des munitions au lieu de les fabriquer) mais également des missions annexes, sorte de quêtes secondaires pour avoir quelques récompenses supplémentaires. Cela amène un aspect presque social dans un jeu qui se veut solo. Cela ne révolutionne pas le jeu bien-sûr mais cela permet de couper un peu avec la routine qui pourrait s’installer avec le temps.

Le temps justement … enfin le temps de jeu. A l’heure où j’écris ses lignes, je vous avouerais que je n’ai pas fini le jeu encore. J’en suis à un peu plus de 11h et je dois être aux alentours des 75-80% de fait (au niveau de l’histoire). On reste donc sur une longueur équivalente aux deux précédents, ce qui concorde bien dans l’uniformisation de la trilogie.

Shadow of the Tomb Raider vient donc conclure de manière efficace une trilogie amorcée 5 ans avant par Square Enix. Si cette trilogie a apporté un magnifique renouveau à une franchise qui était aux oubliettes, elle a également su donner un nouvel aspect à l’héroïne qu’est Lara Croft. Elle est plus humaine, plus réaliste, plus touchante. Elle permets à certains joueurs (et surtout joueuses) de mieux s’identifier dans le personnage ou du moins le voir comme quelque chose de moins utopique. En cela j’aimerais remercier Square Enix qui a su apporter un vrai sang neuf à Tomb Raider tout en gardant l’histoire de Lara au centre de l’intrigue.

P.S. : La sortie du jeu a été suivi par la sortie du film en 2018, quelques mois après, mais pitié ne me forcez pas à en parler j’en ai encore mal à mon âme de gamer !

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Créez un site Web ou un blog gratuitement sur WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :